PAS DE RÉPIT POUR LES GOURMANDS !

A peine, en a-t-on terminé avec la bûche de Noël que la galette des Rois pointe le petit bout de son nez. Royal, le p’tit blog se met à l’heure de l’épiphanie, vous raconte l’histoire de cette vieille tradition et vous offre une superbe couronne des Rois à imprimer et à colorier.

VIVE LE ROI !

Et oui… le premier dimanche de janvier, il est de tradition de « tirer les rois » à l’épiphanie. Une fève se cache dans la galette. C’est le plus jeune des convives, caché sous la table, qui décide de la distribution des parts. La tradition veut, que celui qui trouve la fève, désigne un roi ou une reine, et l’embrasse. La personne qui a obtenu la fève devient ainsi le roi et a le droit de porter une couronne fantaisie.

COMME LES ROIS MAGES…

Mais le saviez-vous ? l’histoire de la galette des rois remonte à lAntiquité Romaine. Pendant la fête païenne des Saturnales (fêtes dédiées au dieu Saturne de la fin décembre jusqu’au début du mois de janvier), les Romains désignaient un esclave comme « le roi d’un jour ». L’heureux élu pouvait alors commander tout ce qui lui faisait envie. Les Romains partageaient également à cette occasion un gros gâteau rond et doré comme le soleil.

A la fin du 4ème siècle, l’Église remplace cette fête par une célébration religieuse et dès le 5ème siècle accorde une grande importance à cette tradition qui se tient désormais le jour de l’Epiphanie le 6 janvier. Il s’agit du jour où l’on commémore la visite des rois mages, Melchior, Gaspard et Balthazar venus porter des présents à l’enfant Jésus. Nous mangeons la galette des Rois depuis le 13ème siècle. La galette était partagée en autant de portions que d’invités, plus une part. Cette portion supplémentaire, appelée « part du Bon Dieu » était donnée au premier pauvre qui passait.

LA FÈVE DU SAMEDI SOIR !

La fève remonte au temps des Romains au 11ème siècle, certains avaient pour habitude de désigner leur chef en cachant une pièce dans un morceau de pain. Une pièce d’argent, une pièce d’or ou bien pour les plus pauvres, un haricot blanc. Celui qui la trouvait était l’élu. Plus tard ce pain fut remplacé par de la brioche (les gourmands !). À la fin du XVIIIe siècle, des fèves en porcelaine représentant l’enfant Jésus apparurent. Sous la Révolution on perdit la tête et on remplaça l’enfant Jésus par un bonnet phrygien. Les graines de fève furent plus tard remplacées par des figurines en porcelaine, puis plus récemment, en plastique. Une multitude de fèves fantaisie qui font aussi le bonheur de collectionneurs. La passion de ces petits objets se nomme la « fabophilie ».

Le p’tit blog vous souhaite une bonne galette des Rois.

ET VIVE LE ROI !